Le programme de Verberie CAP 2026, un exemple d'autosuffisance et de gestion ombilicale
Le programme de Verberie CAP 2026, un exemple d'autosuffisance et de gestion ombilicale

Verberie : quand le programme n’est pas à la hauteur

Nous avons décrypté pour vous le programme de Verberie Cap 2026. Une bonne partie de ce 4 pages a été pompé sur le programme de la liste « Verberie à Coeur« . C’est normal car les élus majoritaires ont eu en main la profession de foi de la liste menée par Patrick Floury il y a un peu plus d’une semaine quand il a fallu les déposer en mairie pour les mettre sous enveloppe. Pas très sympa tout ça, mais c’est leur méthode, piquer le travail des autres !

Merci à Cécile et Laurence d’avoir déposé dans ma boite aux lettres ce morceau d’anthologie que constitue le 4 pages de Verberie Cap 2026…

La page 1

Nous allons nous livrer à une petite explication de texte. Commençons par la page 1… Un exemple de modestie.


Les mensonges de Verberie Cap 2026


    1. Peut-on se prétendre honnête quand on ne tient pas ses promesses de campagne ? Parmi les nouvelles promesses, il y a celles faite pour ratisser des voix. Elles finiront comme les précédentes, aux oubliettes.
    2. La bienveillance a été sélective tout au long du mandat. Elle ne s’adressait qu’à ceux qui adhéraient sans retenue à toute décision prise par M. le Maire. Remplaçons donc le mot bienveillance par favoritisme.

    3. L’impartialité. Un exemple parmi d’autres : privilégier un imprimeur parce que le fils d’un adjoint y travaille, est-ce de l’impartialité ?

    4. Il ne faut pas confondre détermination et entêtement. Poursuivre un projet, quel qu’il soit contre l’avis de habitants, ce n’est pas de la détermination mais du mépris.

    5. Des dossiers discutés « collégialement »… par deux ou trois personnes ?

    6. La cohésion de son équipe. Effectivement, une équipe de deux ou trois personnes soudées pour prendre les décisions qui engagent la commune parfois pour des dizaines d’années.

    7. Le souci constant de la dépense utile. Quand par exemple, on fait imprimer deux fois 1800 exemplaires du bulletin municipal parce qu’on a raté la première édition, c »est une dépense très utile. Des exemples, nous en avons à la pelle !

      Le reste n’est qu’un gargouillis de mensonges . D’ailleurs rien que le slogan « Construire, Agir, Poursuivre » en dit long sur le dialogue et la concertation. Retenons bien « construire ». Pour quelqu’un qui en 2014 disait « stop au bétonnage de la ville », on voit tout de suite que ce nouveau programme n’est que mensonge.

 

La page 2

Les mensonges de Verberie Cap 2026

  • Passons rapidement sur la rubrique jeunesse, pleine d’incohérences. En 2014 déjà, Michel Arnould devait « étudier une réponse aux besoins des adolescents » (sic). Il faut croire que les études ne sont pas leur fort, six ans après, toujours rien, sauf de nouvelles promesses !
  • En ce qui concerne l’animation de la ville, il existait déjà une « fête des sautriauts » du temps de Patrick Floury, c’était la fête patronale que l’équipe de Michel Arnould s’est empressée de supprimer à son arrivée au « pouvoir » en 2014. Le but était de détruire tout ce qui avait été mis en place par la municipalité précédente sans aucun discernement. Le pouvoir peut, chez certaines personnes avoir un effet dévastateur sur leurs capacités cognitives.
    Enfin, la fête de la musique à Verberie cette année était d’un silence assourdissant.
  • La création de l’inutile médiathèque, si chère au cœur de la femme du maire va nous coûter une bras. Avec cet argent, on pourrait (entre autres), faire installer des portiques à l’entrée du stade pour dissuader les voyageurs de s’y installer. Mais ce n’est pas la priorité. Prévoir sur le long terme est une expression qui leur est étrangère.
    Quant au jeu de piste, nous l’avons déjà en essayant de savoir qui tient véritablement les rênes de la mairie.
  • Parler d’environnement quand on passe son temps à couper des arbres et à bétonner des zones humides, c’est se moquer du monde.
    Côté ville fleurie, remarquons encore une fois l’incohérence de la majorité municipale qui s’est fait un plaisir de dégager tous les jolis rosiers d’entrée de ville. Normal, ils avaient été plantés du temps de Patrick Floury ! Ce n’est pas avec des plantes dégoulinantes plantées dans des bacs gris style banlieue 93 qu’on va gagner le concours.
  • Quand on prétend vouloir lutter contre la « surchauffe urbaine », on ne sacrifie pas des zones boisées, on ne bitume pas des cours de récré où on a abattu tous les arbres qui faisaient de l’ombre aux enfants.
  • La plus grosse arnaque de ce programme est sans conteste, la partie « démocratie locale ». Depuis 6 ans, la commune est gérée par deux ou trois personnes qui se sont octroyées les pleins pouvoirs. Nombre de décisions ne sont pas passées par le conseil municipal. Même leur pseudo « équipe soudée » n’est pas au courant de certaines décisions et les découvrent au hasard d’une conversation. Je me rappelle personnellement de la réflexion de Michel Arnould dans le Courrier Picard au moment de ma démission : « QUAND ON N’EST PAS D’ACCORD, ON PART !« 
    Un exemple criant de dialogue, de concertation et de démocratie façon Michel Arnould.

La page 3

Dernière page de notre petite explication de texte. Décryptage de la page 3 (il faut dire que le programme n’est pas très épais).

  • Vivre ensemble… entre nous : vivre ensemble, pour Les mensonges de Verberie Cap 2026eux, ne veut pas dire bien s’entendre ou communiquer. Vivre ensemble dans le contexte municipalité majoritaire actuelle, c’est chacun pour soi. Ce ne sont pas les maigres et rares occasions offertes aux anciens qui vont leur faire oublier ces moments de solitude entre deux « manifestations ».
    Il est loin le temps où régnait une véritable convivialité à Verberie. En fait, c’était avant 2014. Lorsque nous sommes arrivés à Verberie en 1996, la ville était propre et fleurie, les fêtes étaient joyeuses et conviviales, l’ambiance excellente. On ne parlait pas de « vivre ensemble », c’était une évidence. On se sentait bien et fiers d’être sautriauts. Désormais, où que l’on aille, Verberie a une image négative due aux élus en place.

 

  • Patrimoine, logement, voirie : Où se trouvent donc nos élus de la majorité au sein de l’Arc ? Y sommes nous seulement représentés ? Il semble bien que non lorsqu’on voit l’état de délabrement de Notre Dame du Mont. L’ARC a repris le bâton merdeux mais que font nos élus pour pousser le dossier ? Attendent-ils qu’une grosse pierre se détache et vienne écraser un sautriaut ? C’est ça prévoir ?
    Voirie (au singulier) : On retrouve ici du copier/coller du programme de Verberie à Coeur et comme d’habitude des réalisations privées que les élus majoritaires s’empressent de reprendre à leur compte.
    Côté quartier de la gare, il y a quand même une grosse interrogation : pourquoi construire en zone inondable ? Qui voudrait habiter dans ces casiers collés les uns aux autres d’un gris tristounet au milieu des moustiques ? Les habitants du quartier de la gare n’ont même pas leur mot à dire ! Question concertation et dialogue, c’est une vraie réussite encore une fois.

 

  • Circulation / sécurité : Nous demandons à voir le plan « Vélo/marcheur pour la rue de Paris, la rue de pêcherie et la rue Saint-Pierre cela risque d’être très intéressant. Côté poids-lourds, pas de changement, rien de prévu sauf « limiter la vitesse ». Pour la pollution, circulez, y’a rien à voir !

 

  • Les finances : montrer un excédent de budget sans prendre en compte les restes à réaliser n’a aucun sens mais permet de prendre les habitants pour des gogos. Cette fameuse caution d’environ 6 millions d’euros pour un projet privé, est-ce que l’ARC en a vraiment pris la moitié à sa charge ? Il semble qu’ils n’étaient pas d’accord. Peut-on voir le dossier ?
    La commune s’est portée caution pour un prêt de 2 694 678.07 euros quand même ! Pourquoi ne pas en parler ? Encore des cachotteries ?
    Les « beaux projets » nous les connaissons : la médiathèque hors de prix, les chalets pour citadins en mal de verdure au nord, et pour les sautriauts qui voudraient retrouver la bonne ambiance, la qualité de vie et la convivialité, il y a quoi ? Un grand vide !

Remettons les habitants au coeur de la ville, au coeur des projets, une ville est un coeur qui bat pas une caserne !

Le 28 juin prochain, avec Philippe Deppe, Votez pour   Verberie à Coeur   la liste de Patrick Floury !

 

Print Friendly, PDF & Email

A propos admin@60410

Voir aussi

Image du passé qui ne reviendra plus

Verberie : la victoire par procuration

Image du passé qui ne reviendra plus, symbole de la joie de vivre et de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.