La paille dans l’œil du voisin – Chapitre 6

Notre série « La paille dans l’œil du voisin » se poursuit avec les promesses faites aux habitants des quartiers oubliés de Verberie.  Il y en a eu des promesses, des réunions, du passage de pommade et des tapes dans le dos. Le fameux yakafokon battait son plein en 2014, juste avant les élections.

Mais qu’en est-il quatre ans après ? Nous pouvons déjà faire quelques constatations qui ne sont pas des plus flatteuses pour la municipalité.

Parmi les quartiers oubliés, citons déjà le quartier de la gare, les résidences Yourcenar, Pompidou et le square des Merlets.

Le quartier de la gare

La rue des Moulins n'a guère changé
La rue des Moulins au siècle passé…

S’il est un quartier qui ne semble pas appartenir à la ville, c’est bien celui là. Nos élus ont peut être souhaité conserver un ancien quartier de Verberie « dans son jus ». Si ce n’était la gare décrépie et murée, on pourrait s’imaginer au siècle dernier. Vu l’état des routes, pardon, des chemins, on s’attend à voir débouler une carriole tirée par des chevaux à tout moment.

Des herbes folles poussent ça et là (au niveau des terrains appartenant à la commune), pas ou peu de panneaux de rues (GPS obligatoire) et des chemins caillouteux en guise de revêtement dans certaines voies. A croire que ses habitants soit ne payent pas d’impôts, soit ne sont pas sautriauts.

L’équipe Objectif Verberie s’était cependant offusquée du peu de cas que l’équipe précédente avait fait de ce secteur. Le problème c’est qu’ils n’ont pas fait mieux. C’est en parcourant le quartier de la gare à pied qu’on se rend pourtant compte de la valeur à la fois écologique et patrimoniale de ce lieu unique. Mais encore faut-il s’y rendre. Nos élus auraient-ils peur d’y rencontrer des habitants en colère ? Nous ne sommes pourtant plus à l’époque où les serfs mécontents sortaient de leurs logis la fourche à la main !

Ah oui, il y a eu des massifs de fleurs ! Des fleurs qui devaient agrémenter les pelouses du château d’Aramont mais que l’on n’a pas pu planter pour cause de festival des forêts. Les surplus de l’armée ont donc été recyclés.

Un arrêt de bus dangereux
L'arrêt "automne" mal placé et dangereux
L’arrêt « automne » mal placé et dangereux

Dans le programme ambitieux d’Objectif Verberie il était également prévu de régler le problème du transport des enfants du quartier de la gare vers les écoles et le collège de Verberie. A défaut de transport scolaire, une ligne de bus créée par l’ARC a été mise en place il y a peu, mais l’arrêt de bus « Automne » est dangereux. On a dû le placer là pour tester les réflexes des conducteurs… Des habitants nous l’ont signalé craignant pour la vie de leurs enfants.  Cet arrêt, (nous tairons par pudeur le nom de celui qui a choisi cet emplacement) se trouve en effet en plein milieu de la voie d’insertion qui mène vers Lacroix Saint Ouen. Étant donné qu’il n’est matérialisé que par un poteau planté au milieu de l’herbe, les usagers n’ont d’autre choix que d’attendre au beau milieu de cette voie. Lorsqu’il fait sombre impossible pour les véhicules venant de la gare de les voir, sauf au dernier moment. Faudra t-il attendre qu’il y ait un accident pour changer l’implantation aberrante de cet arrêt ?

Les habitants, quant à eux, se mobilisent et essaient malgré tout, contre vents et marées, d’améliorer leur quotidien avec le peu de moyens dont ils disposent. Ils attendent toujours les fameuses réunions de rue que devaient organiser nos chers élus. Pour cela, il va falloir attendre leur prochaine campagne électorale, mais l’accueil risque d’être mouvementé. Ce sera le moment d’interpréter notre petite chanson !

Les secteurs Yourcenar, Pompidou et Merlets

Dans l‘édition du Parisien (Oise), daté du 9 novembre 2018, on peut lire : « En octobre, 60 voitures ont été volées. Plus de la moitié l’ont été sur les secteurs de Senlis, Le Plessis-Belleville, Verberie et Pont-Sainte-Maxence, également impactés par les vols à la roulotte et les vols d’accessoires « .

Cela fait des années que les habitants de ces quartiers dénoncent les vols ou dégradations de leur véhicule. Certes, la gendarmerie ne peut pas être présente partout et à tout moment. Il faut dire qu’il y a tant à faire dans l’Oise ! Par contre les élus qui sont assermentés pourraient organiser des rondes pour renforcer la sécurité. En étant sur le terrain, ils se rendraient peut être compte de la réalité de la situation.

Se lever le matin pour aller travailler et trouver sa voiture avec le rétroviseur arraché, les pneus crevés (dans le meilleur des cas) a de quoi faire déprimer les plus courageux. Certes, la municipalité a contacté Picardie Habitat. N’oublions pas malgré tout, que même si nos élus tentent de s’approprier la rénovation de ces immeubles, c’est Picardie Habitat qui seul, investit de l’argent dans cette opération.

Les habitants de ces quartiers en ont assez des incivilités, des vols, des dégradations, des poubelles qui débordent mais curieusement, plus personne ne vient sonner à leur porte. Du temps de la campagne électorale, les futurs élus, des livres à la main venaient « apporter la culture dans les quartiers » comme ils disaient. Un sourire de conquérant aux lèvres, un discours langue de bois bien rôdé et le petit « N’oubliez pas de voter pour nous ! » juste avant que la porte de l’appartement ne se referme. Toute la panoplie du bonimenteur pour convaincre des habitants qui pensaient qu’on allait enfin s’occuper de leurs problèmes.

Alors encore des promesses en l’air ?

Les oublis de quartiers

Enfin, sachez que régulièrement, le bulletin municipal n’arrive jamais dans certaines boites aux lettres. Route de Néry, le Murger, etc.. Ne seraient-ils pas des sautriauts comme les autres ?

Comme disait Alexandre Dumas fils le 3 octobre 1867 dans « Les conseils au lecteur » :
 N’oublie jamais que les autres compteront sur toi, et que tu ne dois pas compter sur eux


Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.