La paille dans l’œil du voisin – Chapitre 10

Dernier épisode de la saison 1 de notre série à succès : la fusion ARC – CCBA.

Rappelons-nous que le principal reproche fait à l’équipe municipale précédente était le mensonge…  En voici un dernier pour clore cette saison : les promesses de futur sans nuages qu’apporterait la fusion ARC-CCBA. Le terme de fusion n’est d’ailleurs pas approprié car il s’agirait plutôt d’une absorption. Bob l’éponge a encore frappé.

Les promesses

En 2014, lors de la campagne électorale de la liste « Objectif Verberie », la fusion programmée de l’Agglomération de la Région de Compiègne (ARC) et de la Communauté de Communes de la Basse Automne (CCBA) devait être un partenariat « gagnant-gagnant ». Enfin, c’est comme cela que la future mariée nous était présentée : belle et fortunée, généreuse et altruiste tout à la fois.

Michel Arnould, tête de liste d’Objectif Verberie affirmait qu’il serait très vigilant sur les conditions de cette fusion. A l’entendre, nous serions bien évidemment protégés d’éventuels débordements enthousiastes de la part de l’ARC… par le Parc Naturel Régional ! Il fallait oser quand même, mais il est de ces candidats qui sont prêts à tout pour accéder au Graal.

La réalité

Pour démarrer cette fusion sur de bonnes bases bien solides, la nouvelle entité (ARCBA, ça ne s’invente pas !) a tout de suite écarté le nouveau maire de Verberie d’un siège de vice-président de la nouvelle agglomération. Du coup, la ville de Verberie, la plus grosse commune de l’ex-CCBA s’est donc retrouvée, passez-nous l’expression, le cul par terre, mais elle reflète bien la réalité.

Gagnant-gagnant donc…

Lorsqu’on étudie la liste des compétences transférées à l’ARCBA, on s’aperçoit que Verberie n’est plus vraiment maîtresse de son destin. SCOT, PLU, ZAC, accueil des gens du voyage dépendent désormais de la nouvelle structure. C’est l’ARCBA qui :

  • décide par exemple du nombre de logements sociaux à construire,
  • relève les compteurs de nos entreprises en empochant la taxe transport (la doublant au passage),
  • décide de l’implantation des zones d’accueil des gens du voyage,
  • décide de l’implantation de nouvelles zones d’activités,
  • détient la compétence tourisme,
  • détermine et délimite des réserves foncières pour des constructions futures,
  • gère les milieux aquatiques et la prévention des inondations, etc.
Verberie a gagné une ligne de bus qui mène vers Compiègne. L’intérêt de cette ligne est donc très limité pour les personnes travaillant sur Creil, Chantilly ou Paris. Pourtant, le prolongement de la ligne de bus partant de Pont-Sainte-Maxence avait été envisagé, puis abandonné laissant de nombreux sautriauts au volant de leur voiture. Gagnant-gagnant…
A quelle sauce notre petite commune va t-elle être mangée ? Nous n’en avons que les contours. Gageons que la réunion PLUIH (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal de l’Habitat) qui se tient ce soir dans une petite salle du château d’Aramont ne nous apprendra rien.
Ce qui est sûr, c’est qu’avec l’extension du Grand Paris, nos terres agricoles et nos forêts risquent d’en prendre un sérieux coup car nous n’aurons pas, malgré les promesses d’Objectif Verberie, le Parc Naturel Régional Oise Pays de France pour nous protéger de la pression foncière du futur Grand Paris.
 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.